MARIE LAURENCIN

Quand je visite une exposition, j’aime bien regarder d’où viennent les œuvres.  C’est intéressant de se dire que sans les expositions temporaires, nous n’aurions peut-être jamais vu telle ou telle oeuvre parce qu’elle est exposée à l’autre bout du monde. C’est le cas pour Marie Laurencin. En effet, j’ai été très surprise de voir que pratiquement toutes les peintures (70 sur 90, plus précisément) de l’exposition Marie Laurencin au Musée Marmottan Monet sont  habituellement exposées au Japon, dans le musée Marie Laurencin. 
J’ai été séduite par les œuvres de Marie Laurencin et notamment par le tableau  » La Liseuse ». Ce visage me fait étonnamment penser à une geisha séduisante et légèrement distante. C’est d’ailleurs, peut être en voyant ces visages pales aux yeux noir, que le marché japonais a eu un véritable engouement pour les œuvres de Marie Laurencin.
When I visit an exhibition, I like to look at where the works come from. It is interesting to say that without the temporary exhibitions, we may have never seen such and such work because it is exposed to the other side of the world. This is the case for Marie Laurencin. In fact, I was very surprised to see that almost all the paintings (70 of 90, specifically) of Marie Laurencin at Musée Marmottan Monetare usually exposed in Japan in Marie Laurencin’s museum .
I was seduced by the works of Marie Laurencin and more specially the painting « The Reader. » This face makes me think of a geisha. It is also, maybe in seeing these pale faces with black eyes, the Japanese market have a real passion for the works of Marie Laurencin.

 


Marie Laurencin – La Liseuse, vers 1913



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*