RETROSPECTIVE AZZEDINE ALAIA PARIS

C’est avec une certaine émotion que j’ai été voir l’exposition où plutot rétrospective sur le travail d’Azzedine Alaia qui a ouvert Samedi dernier au Palais Galliera.
Je dis bien « émotion » car même si je ne connais pas personnellement Monsieur Alaia (je rêve en secret qu’un jour je serai invitée dans son atelier et à ces fameux diners), j’ai passé mon adolescence avec lui.

Un jour alors que je venais de rentrer en classe de 5ème, une fille que je connaissait de vue a ramené de chez elle, un nouveau magazine, le Elle « Top-Model ». Claudia Schiffer en faisait la couverture et nous étions en 1995. Vous vous souvenez peut-être?

Nous étions une dizaine de jeunes filles à découvrir Claudia, Naomi, Christy, Linda et les autres. L’ère des « Tops Models » avait déja commencé depuis quelques années. Elles me faisaient rêver, car elles étaient belles, jeunes, riches et Versace, Chanel et Alaia les habillaient.
Le soir même j’achetais le magazine pour le regarder et découper les photos. Je m’étais fait un mur de poster géant dans ma chambre. Tous les soirs avant de me coucher, je regardais ce mur en me disant que plus tard, je travaillerai dans la mode, avec les mannequins, les couturiers, les photographes…

A travers Naomi Campbell et Stephanie Seymour j’ai appris à connaitre le travail d’Azzedine Alaia. Comme Gianni Versace à l’époque, il sublime la femme. Il travaille le tissu autour du corps de la femme pour faire ressortir les courbes les plus sensuelles. Les seins, la taille, les hanches sont moulés dans des pieces lacées, zippées, en cuir travaillé comme de la dentelle (voir ici) ou avec des robes en maille strech ou encore coupées dans du biais pour un tombé parfait.
Une expo à ne pas manquer si vous aimez la mode et ceux qui la font!

It is with some emotion that I went to see the exhibition or rather retrospective on the work of Azzedine Alaia which opened last Saturday at the Palais Galliera.

I say « emotion » because although I do not personally know Mr. Alaia (I secretly dream that one day I’ll be invited into his studio and the famous dinners he gives in), I spent my teenage years with him.

One day at the high school, a girl I knew by sight brought from her home, a new magazine, Elle « Top Model ». Claudia Schiffer was  on the coverage, we were in 1995. You may remember?

We were a dozen girls to discover the pages of this magazine with Claudia, Naomi, Christy, Linda and others. The era of « Tops Models » had already begun several years before. They made ​​me dream, because they were beautiful, young, rich and Versace, Chanel and Alaia’s dressed them all.

The same evening I bought the magazine to look and cut the pictures. I had made a wall of giant poster in my room. Every night before bed, I looked at the wall and telling myself that one day, I will work in fashion, with models, designers, photographers…

Through Naomi Campbell and Stephanie Seymour I learnt to know the work of Azzedine Alaia. As Gianni Versace at the time, it beautifies women. He works the fabric around the body of the woman to bring out the most sensual curves. Breasts, waist, hips are molded parts laced, zipped leather worked like lace (see here) or dresses with stretch jersey or cut in the bias for a perfect fall.

An exhibition not to be missed if you love fashion and those who do make it!

Naomi Campbell in Azzedine Alaia, Photo by Herb Ritts – Stephanie Seymour in Azzedine Alaia, Photo by Richard Avedon – Christy Turlington in Azzedine Alaia for Vogue US May 1991, Photo by Patrick Demarchelier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*