TILDA SWINTON, OLIVIER SAILLARD: THE ETERNITY DRESS AUX BEAUX-ARTS DE PARIS

Tilda Swinton – Eternity dress    Photos: Katerina Jebb, 2013

Hier soir, j’ai eu l’honneur et le privilège* d’assister à la performance « Eternity dress » d’Olivier Saillard (directeur du Palais Galliera) et avec la comédienne Tilda Swinton.

La performance repose sur les différentes étapes de la création d’une robe.

Tel un couturier Olivier Saillard et sa muse Tilda Swinton reprennent tous les gestes essentiels.

On commence par la prise de mesures (des gestes précis et mathématique), puis on transpose les chiffres sur le papier blanc en traçant les lignes de taille, de poitrine, de hanches…
Voici le patron de la future robe.
On décalque à l’aide du papier carbone le dessin énigmatique d’où jaillit la toile que l’on découpe et épingle pour le premier essayage…

De voir tous ces gestes à la fois minutieux, gracieux et précis m’a replongé des années en arrière, non sans émotion.

Je me suis revue, adolescente faire ces mêmes gestes archaïques. Mesurer, tracer, couper, coudre pendant des journées entières, des échantillons de col chemisier, col claudine, col chale, col officier, col marin, col cheminée, col italien… des manches ballons, des manches kimono, des manches raglan… pendant quatre ans, j’ai tout appris de la couture, à la manière des grands couturiers (Paul Poiret, Elsa Schiaparelli, Gabrielle Chanel, Christian Dior, Yves Saint Laurent…) (les sections scolaires que j’ai suivi à l’époque ont été soit modifié soit supprimé de l’enseignement scolaire).

Hier soir, je suis devenue la spectatrice complice d’une performance que je connaissais déjà un peu, c’était très touchant et amusant.
Suivant les étapes, je regardais la performance bien sur, mais aussi le public, à la fois surpris (l’apparition du tracé sur la toile), curieux (avec la pose des bolducs: la forme d’une poche apparaît), médusé (une robe se moule sur le corps suivant le drapé d’un tissu) ou amusé (quand Tilda Swinton imite les silhouettes imaginées par Chanel, Dior, Yves Saint Laurent…).

The Eternity dress est un moment de grâce rare!

C’est aussi un très bel hommage aux ateliers de couture.

Retrouvez l’interview d’Olivier Saillard pour Libération ici.

***La performance se joue à guichet fermé (tous les billets ont été vendus), mais n’hésitez pas à vous rendre sur place trente minutes avant, car il se peut que des personnes ayant réservé ne viennent pas. Ainsi vous pourrez prendre votre place.
C’est ce que j’ai fait hier et ça à marché!

=^..^= Cette performance a été réalisée avec le soutien de la maison Chloé.

Eternity dress
Ecole Nationale des Beaux-Arts.
Dans le cadre de la 42eme édition du Festival d’Automne
Du 20 au 24 Novembre 

Aujourd’hui à 19h, samedi 16h et 19h, dimanche, 15h et 18h 
tarif: 20 euros

Photo: Vincent Lappartient
Photo: Vincent Lappartient
Photo: Vincent Lappartient



2 Commentaires

  1. 23 novembre 2013 / 8 h 19 min

    Ça devait être un moment magique ! Contrairement à toi, n’ayant jamais fait de couture, c’est un domaine que je ne connais pas, j’aurais donc été complètement médusée par la prestation ! rire !
    Merci pour ce partage très poétique et bon week-end à toi Eve !
    Bisous !

  2. 23 novembre 2013 / 15 h 22 min

    Merci Manal :) Je suis sure que tu aurais beaucoup aimé aussi… Ça fait aujourd’hui deux jours que j’ai vu cette performance et rien que d’y penser, j’ai les larmes qui me viennent… Magique!
    Bisous et bon week-end 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*