LaLa Land, le Film qui nous Fait Penser : Et Si…

Lala Land Ryan Gosling Emma Stone

Je reviens juste de ma séance de cinéma où j’ai été voir LaLa Land. Moi, qui étais très sceptique sur ce film, (je ne suis pas fan de comédie musicale), je peux dire que j’ai bien aimé! L’idée générale qui se dégage de ce film est qu’il faut croire en ses rêves « No Matter What! ». Mais il y a une seconde idée générale. Une idée peut-être moins évidente mais qui m’a  touché. Cette idée est que nous sommes libres de nos choix. Libre de répondre à cet appel, libre d’aller à ce rendez-vous, libre de … tout!.. je crois. Sans vous dévoiler l’histoire du film, je me suis identifiée aux personnages, pendant la période où j’ai vécu à Londres. Je n’en ai jamais parlé ici sur le blog et ce post sera l’occasion de vous en dire un peu plus.

Lorsque je suis arrivée à Londres en Septembre 2006, avec mes deux sacs, ce n’était que pour un séjour de 3 à 6 mois, je voulais seulement améliorer mon niveau d’Anglais. Un mois après être arrivée, j’ai rencontré un garçon avec qui je m’entendais bien et même si l’avenir à Londres étais encore incertain pour moi, j’ai emménagé chez lui deux mois après. A côté, je travaillais comme serveuse dans les hôtels de luxe. Et puis un jour, j’ai reçu un coup de téléphone d’une marque de prêt à porter qui recherchait une assistante commerciale et même si je ne connaissais rien en commerce, j’ai été embauchée de suite. Dès que j’ai décroché ce contrat en CDI, nous avons pu avoir une vrai vie de couple. Avoir des rêves et des projets en commun tout en cultivant aussi nos propres rêves. Pour moi, ma vie était désormais à Londres. J’adorais (et j’adore encore) cette ville, son air marin, la vie, les gens, la campagne anglaise, la mer à 45 minutes de voiture de Londres… Je m’imaginais avoir mes enfants et vivre jusqu’à la fin de mes jours en Angleterre. Lui était Chauffeur Privé à son compte. Je crois que tout a basculé lorsque l’un de ses clients lui a proposé de travailler comme Trader dans l’une des plus grosses banques Internationales. Le deal : être sans attache (célibataire), aller travailler un peu partout dans les capitales européennes suivant les contrats, en travaillant sûrement 16h par jour, vivre dans les hôtels de luxe et gagner beaucoup d’argent. « Une chance en or » qu’il a refusé pour rester avec moi (et aussi parce qu’il a senti la crise banquière de 2008 arriver quelques mois plus tard).

C’est à partir de ce moment là qu’il a eu un déclic. Il fallait travailler plus pour gagner plus afin de pouvoir s’offrir un joli appartement à nous (sans coloc!) et fonder une famille, un de ses rêves. Et comme de mon côté, niveau travail, rien de nouveau ne se présentait, il s’est donc mis à travailler 7j/7 en faisant des horaires de fou et lorsque je me levais pour aller travailler, il se couchait. Selon ses calculs, on devait supporter cette situation impossible durant un an, un an et demi, pour pouvoir économiser un maximum.

De mon côté, je recherchais un job plus valorisant pour moi, j’enchaînais les entretiens d’embauche pour être Styliste Lingerie, mon rêve de l’époque… Cela faisait déjà un an que j’envoyais mes candidatures et que mes entretiens restaient sans réponses. Je crois que j’ai baissé les bras lorsque la marque de mes rêves, Agent Provocateur avec qui j’avais passé un entretien pour être styliste lingerie junior, a abusé de son pouvoir de recruteur. En voulant faire bonne impression, j’ai accepté qu’ils fassent quelques photocopies de mon portefolio (ne laissez jamais personne faire des photocopies de votre book!) Grosse désillusion, je n’ai pas eu le poste (et quelques mois après ce rendez-vous, je retrouvais mes modèles en vente dans leur boutique, modifiés juste ce qu’il faut pour éviter un procès).

J’étais très frustrée de ne pas réussir à arriver là où je voulais aller professionnellement et j’étais mal dans mon couple qui n’en étais plus un, puisque je vivais finalement depuis quelques mois avec un fantôme qui passait en coup de vent. Au final, je n’ai pas supporté la situation dans laquelle je me trouvais et je suis partie.

Cela a été une décision très dure à prendre mais je suis revenue vivre à Paris. Et même si j’étais très mal durant la première année de mon retour (ça le fait à beaucoup de personnes qui ont vécu à Londres, apparemment), je sais maintenant que c’était la meilleure chose à faire. Car si je n’étais pas rentrée en France, je n’aurais sûrement jamais créé ma marque de lingerie, voyagé autant, rencontré Paolo avec qui je suis restée 5 ans, créé ce blog…

Mais ce soir après le visionnage de Lala Land, je ne peux m’empêcher d’être un peu nostalgique (sûrement le pincement au cœur que ressentent tous les célibataires à un moment ou à un autre) en pensant et si… et si j’étais restée à Londres, est-ce que j’aurais finalement réussi à décrocher le job qui me faisait rêver? Et sur un plan plus personnel, cela aurait pu être moi la maman de sa petite fille de 5 ans.

Dites-moi, est-ce que vous aussi cela vous arrive de vous poser cette question : Et si…

Sinon, pour conclure ce post inspiré par le film Lala Land, je vous invite à aller le voir car même si ce n’est pas le film de l’année, c’est un bon film.

Je vous conseille aussi dans un autre genre Nocturnal Animal de Tom Ford :)

5 Commentaires

  1. 9 février 2017 / 19 h 26 min

    Je n’ai pas aimé La La Land mais j’aime beaucoup ton article que j’ai trouvé plus intéressant ! Tu mets le doigt sur ce qui aurait dû être, à mon sens, davantage (ou plutôt mieux) développé. Et je renchéris, oui , oui , oui pour Nocturnal Animal !

    • beaauuuparis
      10 février 2017 / 13 h 45 min

      Coucou Lili, je suis contente que mon post t’ai plu :) Je crois que c’est le premier post où je me confie sur une partie de ma vie qui a été importante, géniale et compliquée à la fois. C’est jamais évident de parler de soi :) Effectivement, cette partie du film aurait pu etre développé un peu plus, parce que là, on reste un peu dépité à la fin… Et sinon, Fifty Shades or not?

      • 13 février 2017 / 19 h 37 min

        Je n’ai pas plus envie de voir le second volet que je n’ai eu envie de voir le premier. Peut-être quand il passera à la télé… 😉

        • beaauuuparis
          13 février 2017 / 20 h 58 min

          Je comprends, vu la bande annonce, ça n’a pas l’air terrible mais je crois que je me laisserais quand même tenter, vu que je n’ai pas lu les livres. Je te dirais si ça vaut le coup ou pas 😉

  2. Orianne
    1 mars 2017 / 12 h 37 min

    J’ai beaucoup entendu parler de ce film, mais je n’ai pas eu le temps d’aller le voir. Grâce à sa bande-annonce, je découvre que cette œuvre mérite d’être vue. Je crois qu’elle va bientôt faire partie de ma cinémathèque personnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*